…à propos d’abonnements, de publicité, et même de vélos.

Oui. Le départ des exemplaires destinés aux abonnés ne peut se faire qu’en lots. Nous les expédions toutes les deux à trois semaines. De la même manière, les chèques ne sont encaissés qu’une à deux fois par mois. Pas d’inquiétude.
Les exemplaires destinés aux abonnés et ceux qui partent en kiosque sont imprimés le même jour. Les premiers partent chez les abonnés après un détour chez le routeur, les autres sont distribués par Presstalis. Suivant les régions, il peut arriver que le réseau Presstalis soit plus rapide que La Poste. Nous pourrions demander à La Poste un acheminement plus rapide… mais il serait plus cher, et votre abonnement avec. En vous abonnant, vous soutenez 200 et nous aidez à grandir. Vous êtes aussi certain de recevoir le magazine à votre domicile. Et vous le payez 5,50 euros, contre 6,50 en kiosque.
À son éditeur, Alain Puiseux. Le magazine est juridiquement édité par l’Agence Cinquième Colonne, SARL dont Alain Puiseux détient 98 % des parts.
Autant le dire, nous sommes difficiles : il nous faut un sujet, un angle, de bonnes photos, et un très bon texte. Mais oui, nous sommes curieux (sinon, à quoi bon ?) et nous lirons avec attention toutes vos propositions. N’hésitez pas à nous appeler.
Honnêtement,  nous y pensons… mais n’avons pas le temps de tout faire. Les solutions technologiques restent encore, pour de petits éditeurs, complexes et chères.
Oui et non. Le comptable ne serait pas mécontent de voir quelques rentrées supplémentaires, mais la rédaction est ravie de ne pas dépendre des annonceurs. La croissance de 200 se fait grâce à ses lecteurs. Elle est plus lente qu’avec un business-modèle basé sur la pub, mais elle est aussi plus solide.

Vous envoyez un mail à regie200magazine@gmail.com. Hors promotions, le prix d’une page est de 780 € H.T. Il augmentera en même temps que notre audience, estimée à l’été 2016 à 35000 lecteurs.
Nous ne présentons dans nos pages produits, sauf exceptions signalées (la page “je le veux”) que des équipements ou vélos que nous avons testés, souvent pendant plusieurs centaines de kilomètres. Vous pouvez nous proposer des produits en test (regie200magazine@gmail.com). Mais nous ne faisons pas de présentation sur communiqué.
Oui. Si vous êtes coureur, grimpeur (ou les deux), le poids d’un vélo a une importance. Mais dans toutes les autres situations (longue distance, cyclotourisme, balade, voyage, courses à l’épicerie…), il n’a guère de sens et il est bien moins important que le ressenti au guidon. Nous ne donnons que le poids des vélos spécifiquement “course”.
Si vous y tenez, oui. (Mais nous vous conseillerons souvent de prendre le moins cher des deux, d’investir la différence dans l’équipement et de profiter de la vie.)
Nous avons deux bonnes raisons (enfin, nous l’espérons) de ne pas tenir toutes les promesses du sommaire. 1. Nous donnons la priorité aux sujets “frais”, qui peuvent nous être soufflés par l’actualité notamment, et s’imposer en cours de fabrication du numéro. Vive les surprises ! 2. Nous publions les sujets… lorsqu’ils sont prêts, et fin prêts. Cela vaut surtout pour les dossiers de fond. Certains peuvent être retardés parce qu’ils sont difficiles à illustrer, notamment. Mais nous ne les oublions pas.